Hospimédia – 20.09.2002 – Sécu : l’Amuhf confirme l’opacité des financements entourant les urgences

Revue de presse : l’AMUF pointe l’opacité des financements des urgences

L’association des médecins urgentistes hospitaliers de France (Amuhf) confirme le constat établi par la Cour des comptes sur les urgences et notamment sur l’opacité entourant l’utilisation des allocations budgétaires, a déclaré son président, Patrick Pelloux.

“Ce n’est toutefois qu’un rapport de plus, et qui reprend les mêmes propositions” déjà publiées par un rapport en 1993, a déclaré le Dr Pelloux, lors d’une conférence de presse.

La Cour des comptes a publié mercredi son 8e rapport annuel sur la Sécurité sociale. “Nous confirmons qu’il est impossible de savoir où vont les financements alloués aux services d’urgences tellement le système de la gestion des hôpitaux est complexe,” a-t-il noté, déplorant également les différences de tarifs des actes d’urgence selon qu’ils sont pratiqués par un urgentiste ou un médecin libéral. “Nous partageons le constat qu’il y a une hausse de l’activité dans nos services, mais nous considérons que ce qui augmente la fréquentation, ce sont les restructurations hospitalières et les fermetures de lits”, a-t-il poursuivi, dénonçant la “gestion obsolète” des urgences par les agences régionales d’hospitalisation (ARH).

Le Dr Pelloux a estimé que “les urgences ne seront pas désengorgées par le fait d’obliger les médecins libéraux à refaire des gardes”, en raison notamment du “degré de technicité des appareils” médicaux.

L’Amuhf est favorable à la création d’un numéro de régulation des urgences unique, le 112, et pour un travail en collaboration entre l’ensemble des structures existant dans un même bassin de population.

Partager ce contenu