L’été pourrait bien être trop chaud pour les urgences des Hauts-de-France

Partager ce contenu

Revue de presse : Fermeture de lits estivale pour les Hauts-de-France

La Voix du Nord dans son édition du 5 juillet interroge  Patrick Goldstein, patron du SAMU 59 et des urgences du CHR de Lille et Franck Legrand, administrateur et représentant régional de l’AMUF.

«  Là, il faut être croyant pour penser que ça va marcher.  » Quand on lui parle de l’été, il a un petit rire jaune, Franck Legrand. «  Il y a déjà une tension de base, reprend le médecin, dans les Hauts-de-France, on estime qu’on devrait être 400 urgentistes pour fonctionner normalement. On est 220.  »

Patrick Goldstein, le patron du SAMU, ne dit pas autre chose. Lui aussi ironise sur la situation : «  Tout va bien, je n’ai aucune inquiétude, j’ai entendu notre ministre. Les agences régionales de santé pourront débloquer du personnel si on a des problèmes.  » «  La réalité, c’est que je suis très inquiet. On fait face à une fréquentation importante des différents services d’urgence dans le Nord et le Pas-de-Calais. Il va y avoir des fermetures de lits dans l’hospitalisation conventionnelle. On est sur le fil du rasoir. S’il n’y a pas de tension, canicule ou autre, nous nous adapterons. Sinon…  »

Il faut dire que l’épisode de saturation des urgences lors de l’hiver dernier (à cause de la grippe notamment) a laissé des traces. Franck Legrand  ajoute : «  À Hazebrouck, dans un service de 46 lits, on en ferme 20 cet été (…) Côté patients, les riches en bonne santé partent en vacances. Ce sont les autres qui restent.  »

Pour lire l’article dans son intégralité, rendez-vous sur le site de la Voix du Nord


Partager ce contenu