Communiqué de presse du 19 décembre 2018: L’AMUF alerte le gouvernement

L’AMUF alerte sur la situation devenue impossible à gérer dans les services d’urgences des hôpitaux

Face à l’augmentation de fréquentation des urgences à plus de 21 millions de consultations par an (8 millions en 1988), la prise en charge des patients est devenue très compliquée.

Cette situation aboutit, à la suite du scandale de l’affaire du SAMU de Strasbourg et à la mort d’une patiente aux urgences de Lariboisière. Nous pensons à sa famille et nous souhaitons que les enquêtes promises prennent en compte la réalité du manque de moyens qui est un des éléments incontournables générateurs de ces drames.

Le personnel de ce service avait alerté au mois de juillet dernier de leur incapacité à assurer la sécurité des patients du fait notamment de l’insuffisance en personnels. Ils n’avaient pas été entendus et nous en voyons aujourd’hui les conséquences.
Nous demandons un rendez-vous avec la ministre de la santé afin de proposer et de trouver des solutions face à la saturation du système des urgences en France.

Cependant, nous tenons à souligner le fait qu’au-delà de l’augmentation du nombre de médecins généralistes en ville avec des modes d’exercice leur permettant d’assurer la prise en charge des urgences relevant de leur compétence, la question des moyens humains et matériels dans les services d’urgence est incontournable aujourd’hui et nécessite une réponse immédiate.


Retrouvez l’interview de notre Porte Parole Cristophe Prudhomme sur franceinfo

Décès inexpliqué d’une femme aux urgences de l’hôpital Lariboisière : “Nous avons dit qu’il y aurait des morts”

 

Partager ce contenu