Réforme des retraites : les médecins hospitaliers seront tous perdants

Christophe Prudhomme, porte-parole de l’AMUF, explique le système de retrait actuel et les conséquences que la réforme de Macron entraînerait pour les médecins en cas d’approbation.

Le système actuel : régime de base et retraite complémentaire (IRCANTEC)

– La retraite de l’IRCANTEC s’ajoute à celle servie par le régime de base de la Sécurité Sociale dont le maximum correspond à 50 % du plafond de la sécurité sociale, soit environ 1688 €/mois.

– L’Ircantec est la caisse de retraite complémentaire des personnels non titulaires du secteur public, notamment des médecins hospitaliers.

– L’Ircantec est un régime par répartition, c’est-à-dire que les cotisations des salariés et des employeurs sont utilisées directement pour payer les allocations des retraités, au titre d’une année donnée.

L’Ircantec est un régime par points : les cotisations du salarié et celles de son employeur lui permettent d’acquérir des points qui sont enregistrés chaque année sur un compte individuel et serviront de base au calcul de sa retraite.

– A la différence de la plupart des affiliés de l’IRCANTEC, les médecins font partie de ceux qui effectuent toute leur carrière en relevant de ce régime, ce qui fait que la plus grande partie de leur retraite en dépend. Or notre taux de remplacement (niveau de la pension par rapport au dernier salaire) est très bas comparativement aux autres salariés du public et du privé qui sont actuellement entre 65 et 75 %.


Le Dr. Patrick Pelloux vous souhaite la bienvenue à la chaîne YouTube de l’Association des Médecins Urgentistes et vous explique pourquoi nous avons décidé de rejoindre le mouvement de grève des urgences. Cette première vidéo a été réalisée le 12 septembre 2019 à la suite de la réunion avec le Collectif Inter-Urgences. Vous souhaitez témoigner ? Contactez nous sur secretariat@amuf.fr


Quels sont les services d’urgence en grève?

Voici la carte faite et mise à jour régulièrement par le collectif Inter-Urgences.

En bleu, les service d’Urgence en grève.

En vert, les contact en cours.

En rouge, les services qui ont manifesté leur soutien au mouvement.



Qui sommes-nous ?

Fondée en 1997, l’Association des Médecins Urgentistes de France mène un combat pour une médecine d’urgence unie et indivisible et pour un service de santé public de qualité.  

Elle lutte contre toute forme de discrimination professionnelle en médecine d’urgence.

L’association a pour but de promouvoir la médecine d’urgence et ses acteurs ainsi que de l’ensemble du système sanitaire et social en lien avec la médecine d’urgence. Elle défend un service public garantissant l’égalité, la qualité et la sécurité des soins dans une conception globale de la santé.

L’AMUF c’est une représentativité aux instantes nationales et départementales, (CODAMUPS, Commission Statutaire et Disciplinaire CNG, CTRU…), qui bénéficie d’une présence médiatique grâce à l’implication et la notoriété de son président. L’association est composée d’un conseil d’administration qui soutient une politique, travaille les dossiers et vous représente dans de nombreuses instances.

Un syndicalisme fort est un gage de sécurité morale et sociale pour vous-mêmes professionnels de santé, et aussi pour les usagers du système public de soin. L’AMUF se bat pour la défense des droits sociaux des urgentistes, l’amélioration des conditions de travail.

La défense du service public se fait aux cotés des syndicats de médecins hospitaliers.

Adhérer à l’AMUF c’est ne plus être seul en participant à la vie sociale de sa profession, devenir acteur de sa vie professionnelle pour en garantir son indépendance.


 
Revue de Presse |Communiqués de Presse |Dernières  Nouvelles |Annonces