Crise grave et profonde aux urgences de Cayenne

Partager ce contenu

Revue de presse : les urgences du centre hospitalier de Cayenne en crise

En octobre 2017, l’AMUF et son délégué Gerd DONUTIL avaient déjà alerté sur la situation sanitaire catastrophique en Guyane. Aujourd’hui, dix-sept des vingt-cinq médecins du service Urgence Samu ont déposé leurs lettres de démission.

Dix-sept médecins urgentistes ont déposé jeudi soir leurs lettres de démission ou demandé leur mise en disponibilité à la direction du Centre Hospitalier Andrée Rosemon (CHAR) pour dénoncer leurs conditions de travail et l’inaction de leurs responsables hiérarchiques.

Cette décision fait suite au départ, sans remplacement, de nombreux médecin. Avec « une moyenne de 120 passages par jour », des procédures longues telles  que« les opérations en communes éloignées » et les « évacuations sanitaires » par hélicoptère dans les zones enclavées du territoire, les médecins urgentistes, aujourd’hui 25 dans le service, estiment à 40 le nombre minimum de postes pour le bon fonctionnement du service.

La direction de l’hôpital a confirmé que 13 praticiens contractuels étaient démissionnaires, 3 titulaires avaient demandé leur mise en disponibilité et le départ d’un autre était prévu.

Le président de la Collectivité Territoriale de Guyane (CTG), Rodolphe Alexandre, a écrit à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, et à la Ministre des Outre-Mer, Annick Girardin, pour attirer leur attention sur le « découragement des médecins déjà sur place, de plus en plus nombreux à envisager à leur tour un départ qui précipiterait de fait l’arrêt total de l’activité du SAMU ». Rodolphe Alexandre a demandé que soient prises « les mesures qui s’imposent afin de permettre au service d’accueil des urgences et au SAMU de Guyane de disposer du nombre minimum de médecins nécessaire à leur fonctionnement et à la poursuite de leur mission de soins d’urgence au service de la population guyanaise ».

Le Parisien avec AFP|04 mai 2018

Reportage de Guyane La 1ère

En octobre 2017, AMUF et son délégué Gerd DONUTIL avaient déjà alerté sur la situation sanitaire catastrophique en Guyane. Retrouvez ci-dessous le communiqué de presse.

A lire également  : la réaction de Gabriel SERVILLE député de Guyane

 


Partager ce contenu