APM News : Urgences du CH d’Auch : le Pr Pierre Carli va mener une mission d’évaluation

Partager ce contenu

Illustration événement syndical

Urgences du CH d’Auch : le Pr Pierre Carli va mener une mission d’évaluation.

Un article publié le 19 janvier 2018 par APMnews

Le Pr Pierre Carli, président du Conseil national de l’urgence hospitalière (CNUH) et médecin-chef du Samu de Paris, va mener une mission d’évaluation, à partir du jeudi 22 février, aux urgences du centre hospitalier (CH) d’Auch à la demande de l’agence régionale de santé (ARS) Occitanie, a-t-on appris de sources concordantes.

La mission confiée au Pr Pierre Carli a été évoquée mercredi soir, lors d’une séance de questions consacrées à l’hôpital public à l’Assemblée nationale, par la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

Interpellée par une députée du Gers sur le sujet, la ministre a indiqué qu’elle servirait à « analyser les causes profondes » de la situation des urgences au CH d’Auch, en proie à un important conflit social. Les médecins urgentistes de l’établissement sont en grève depuis mercredi soir pour réclamer des effectifs supplémentaires.

Le service ne compte actuellement que 8 équivalents temps plein (ETP) médicaux sur les 23 ETP médicaux nécessaires à un fonctionnement normal. 23.000 passages ont été enregistrés en 2017, soit 1.000 passages de plus qu’en 2016, ont précisé plusieurs sources à APMnews.

Ce problème de sous-effectif « n’est pas nouveau », mais « il a été accentué par les départs de plusieurs médecins urgentistes entre septembre et décembre 2017 », a expliqué jeudi à APMnews la direction de l’hôpital.

Et malgré l’intervention régulière d’intérimaires et de contractuels, l’établissement n’arrive pas à recruter des titulaires. « Les intérimaires effectuent très correctement leur mission mais ils ne veulent pas devenir titulaires à la fin de leur contrat », déplore la direction.

Face à cette problématique récurrente, l’ARS Occitanie a demandé au CNUH de diligenter une mission pour déterminer les causes du problème de recrutement. Elle sera menée par le président du CNUH, Pierre Carli. Celui-ci devrait arriver sur site le mercredi 22 février accompagné d’un autre membre du conseil national.

« L’objectif est d’analyser l’origine et les causes profondes de la difficulté de recrutement. Auch est une ville sympathique, proche de Toulouse et facilement accessible. Il n’y a, a priori, pas de raisons pour que l’on observe, plus qu’ailleurs, un défaut d’attractivité », a expliqué vendredi à APMnews Jean-Jacques Morfoisse, directeur général adjoint de l’ARS Occitanie.

« Pierre Carli devrait rester dans un premier temps pendant un ou deux jours afin d’observer le fonctionnement du service et d’écouter les personnels », a-t-il poursuivi.

« Les résultats de cette expertise sont attendus au premier trimestre 2018 », a précisé l’ARS dans un communiqué.

Collaboration renforcée avec les Smur de la région

Agnès Buzyn a par ailleurs indiqué mercredi qu’une solution interne est envisagée pour améliorer le quotidien des urgentistes, via notamment des « modalités différentes de mise en oeuvre du temps de travail ».

De plus, la direction du CH d’Auch assure que des discussions ont été lancées depuis plusieurs mois pour rendre « attractif » le service des urgences de l’établissement et « donner envie » aux médecins de s’y installer durablement.

« Nous sommes pour cela en train de revoir le projet médical. Nous communiquons parallèlement sur l’intérêt pour les urgentistes de travailler dans une petite structure telle que la nôtre, notamment sur le fait que les médecins peuvent être polyvalents », ajoute la direction.

Par ailleurs, « la régulation téléphonique du centre 15 [Samu] est assurée en nuit profonde par le CHU de Toulouse, ce qui permet d’économiser du temps médical pour les urgences d’Auch », explique Jean-Jacques Morfoisse.

Depuis début 2017, la coopération entre le CH d’Auch et les Smur des villes de la région (notamment Agen) a été renforcée pour pallier à court terme les problèmes de recrutement.

Mise en place d’un service « dégradé »

Pendant toute la durée du mouvement de grève, les médecins urgentistes ont mis en place un service « dégradé ». « Les patients qui ne dépendent pas des urgences vitales seront redirigés vers la médecine de ville », a expliqué vendredi à APMnews Frank Becker, délégué régional de l‘Association des médecins urgentistes de France (Amuf).

La direction du CH d’Auch est assurée depuis mardi par Didier Lafage, également directeur du CH d’Agen. Ce dernier a notamment pour mission de piloter les négociations avec les médecins grévistes.

« Une réunion est prévue pour lundi avec les urgentistes, la présidente de la CME [commission médicale d’établissement] et le directeur par intérim afin de finaliser un plan d’actions », a précisé Jean-Jacques Morfoisse.

« Pour l’instant, nous n’avons aucune indication concernant la date de fin de la grève », ajoute la direction du CH d’Auch.

Un article d’APM News

 


Partager ce contenu