La rémunération des médecins intérimaires à l’hôpital d’Auxerre plafonnée dès 2018

Partager
Face à la désertification médicale, pour pallier la pénurie de praticiens, l’hôpital d’Auxerre doit faire appel à des médecins intérimaires. Leur rémunération, décriée, va être plafonnée dès 2018.
Sur une garde de 24 heures, ils gagnent quatre fois plus qu’un praticien titulaire. L’hôpital d’Auxerre, contraint d’assurer la permanence des soins malgré la désertification médicale, y a fréquemment recours. Eux, ce sont les médecins intérimaires. Mais pour certains, ce sont plutôt les « médecins mercenaires ». Car forcément, leur rémunération fait grincer des dents…
« J’aimerais que ces plafonds soient plus bas »
Afin d’éviter les abus, un décret, pris par le gouvernement précédent, va entrer en application au 1er janvier 2018. Il vise à plafonner la rémunération des médecins intérimaires. Et ce de manière progressive : de 1.404 € bruts en 2018 à 1.170 € bruts en 2020, pour 24 heures de garde. « C’est encourageant, mais j’aimerais que ces plafonds aillent plus loin, qu’ils soient beaucoup plus bas, réagit Pascal Gouin, directeur de l’hôpital d’Auxerre. Pour l’instant, cela permet seulement de contenir l’inflation… »
Situé au beau milieu de ce désert médical qu’est l’Yonne, l’hôpital d’Auxerre avait déjà consacré 2,5 million d’euros à l’intérim médical en 2016. Fin 2017, la somme devrait atteindre 4 million d’euros environ. « Puis pour 2018, on table sur une baisse de 25 à 30 % des dépenses en intérim », précise le directeur.
Mais cette mesure de plafonnement de la rémunération des médecins intérimaires ne permettra pas à l’hôpital d’Auxerre de réaliser de substantielles économies. En situation de déficit, il en aurait pourtant besoin…

1.200 € la garde en intérim, 300 € en statutaire

Selon le directeur Pascal Gouin, à l’hôpital d’Auxerre, une garde de 24 heures d’un médecin intérimaire est facturée 1.200 € en moyenne. Soit une somme d’ores et déjà équivalente, à quelques euros près, à celle du plus bas plafond (1.170 € en 2020) décrété par le gouvernement…
« C’est toujours trop élevé par rapport à ce que gagne un médecin statutaire, à savoir 250 € à 300 € par jour. Pour eux, c’est totalement démotivant, observe Pascal Gouin. Mais c’est la loi de l’offre et de la demande… Si on est trop bête pour payer aussi cher, c’est bien qu’il y a une raison : la raréfaction médicale. »