La FHF et la conférence des présidents de CME prêtes à mettre le feu à l’hôpital public en fin d’année ?

Cher-e-s collègues,

Comme nous vous l’annoncions nous assistons à une campagne de lobbying de la part de La FHF (Fréderic Valletoux) et des conférences notamment celle des présidents de CME présidée par Fréderic Martineau qui se montre particulièrement active pour tenter de faire bloquer l’instruction.


Presque un an après notre mobilisation on retrouve les mêmes sujets de désaccords avec ces fédérations sans aucune évolution de leur part malgré de multiples réunions.
Nos directeurs (président de CME, chef de pole) vont donc tenter dans les jours à venir de vous faire passer le message que, pour votre bien et dans votre intérêt, toute discussion sur la mise en place de l’instruction va être bloquée et qu’ils doivent fidélité à la FHF.
Ne nous trompons pas le but de ces fédérations est de faire annuler cette avancée sociale majeure, facteur d’attractivité pour l’hôpital, en tentant de retarder au maximum la mise en place de l’instruction dans nos établissements le temps que leur recours au conseil d’état ait une chance (ou pas..) d’aboutir.
Or l’instruction sur le temps de travail des urgentistes qui a vocation à s’étendre aux autres spécialités a été signée en décembre par la ministre.
Elle a bénéficié du soutien de SUDF et des 2 des plus importants inter- syndicats de PH : la CPH présidée par jacques Trévidic et de Avenir Hospitalier présidée par Nicole SMOLSKY .
Elle a été le fruit d’un large consensus au cours du premier semestre 2015. La FHF et les conférences des directeurs des centres hospitaliers généraux et de CHU ainsi que les conférences des Pdt de CME ont eu tout le loisir de faire valoir leur point de vue lors des multiples séances de négociations depuis janvier.
Nous avons fait des concessions sur la montée en charge des effectifs, sur la sortie du temps de formation du temps posté ainsi que des propositions : équipes de territoires, financement, révision des décrets.

Donc maintenant ce que nous voulons cette instruction se concrétise et on ne leur demande pas de refaire le match !

Concrètement la feuille de route des directeurs et des présidents de CME est donc de mettre en place cette instruction en conformité avec les principes qui ont été énoncés en décembre.

En clair si les directeurs et les présidents de CME souhaitent s’affranchir de leurs obligations réglementaires en désobéissant aux ordres d’une ministre pour s’aligner sur la position de leurs cabinets de lobbying (FHF et conférences) dans l’optique de bloquer la seule réelle avancée sociale de ces 10 dernières années nous allons devoir probablement faire de même en cette fin d’année.

Nous sommes en contact régulier avec le cabinet de la ministre pour qu’elle s’implique personnellement dans ce dossier.

Nous avons spécifié à la FHF et aux fédérations que leur recours au conseil à titre conservatoire c’est-à-dire dans le cadre d’une procédure d’urgence alors que nous sortons de plus de 6 mois de négociations était vécu comme une déclaration de guerre contre les urgentistes et par la même contre toutes les spécialités qui doivent bénéficier des mêmes avancées sociales dans le cadre de la mission le Menn. Ce recours, s’il n’était pas retiré, aurait de graves conséquences au sein de nos hôpitaux

De votre coté vous devez donc :

Profitez des élections de CME à venir pour éliminer tout candidat qui officiellement ne se désolidarisera pas de la position de la FHF et du président de la conférence des pdt de CME : Fréderic Martineau. Si les candidats refusent de le faire vous devez vous présenter aux élections et faire barrage à ces candidats par une campagne active au sein de vos établissements.

Saisir officiellement votre directeur pour qu’il se prononce sur la mise en place de l’instruction de décembre.

Vous réunir pour refuser ce coup d’état des directeurs et des pdt de CME et surtout permettre la coordination de nos actions sur la région et ne national
Si nous ne bougeons pas nous assisterons au départ progressif de nos collègues et au cercle vicieux des postes vacants puis de l’intérim avec l’effondrement programmé de nos structures d’urgences.

Encore une fois les textes sont avec nous et ce sont les directeurs et les présidents de CME qui jouent avec le feu.

Faites nous remonter les infos de vos services par vos délégués départementaux ou régionaux, nous vous donnerons bientôt la marche à suivre si les blocages actuels persistent et ne sont pas levés clairement et rapidement par la ministre.

Si nos directeurs et présidents de CME ne veulent pas reconnaître à leur juste valeur les heures faites par les urgentistes ils devront bientôt courir après l’intérim médical et tout ça en pleine période de tension hivernale avec un mouvement social d’une ampleur inégalée.

Nous comptons sur vous !

Le CA de l’AMUF